Partagez | 
 

 Ashes, Ashes.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage



avatar
Villageois
Adam C. Walker

Inscription : 26/01/2013
Messages RP : 4
Emploi : Médecin.

MessageSujet: Ashes, Ashes.   Sam 9 Mar - 8:42

Mauvaise soirée. Sombre, pluvieuse, brumeuse. Comme presque tout les vendredis soirs depuis des années, pensa Adam. Le médecin resta longtemps debout devant sa fenêtre à regarder la pluie, avec pour seule source de lumière l'éclairage blafard de la lampe usée qui trônait sur son bureau. Il valait mieux bouger un peu, se changer les idées. Au moins connaître le sacrifice. Il lui avait peut être parlé ; on n'est jamais à l'abri d'accusations. Et ce qui effrayait le praticien, bien plus que les monstres, c'était ce genre d'accusations.
Il était arrivé des semaines où, faute du sacrifice annoncé, on avait mis à mort des personnes liées au sacrifice pour se débarrasser tout de même des cauchemars. Un frisson parcouru le dos de l'homme, qui se contenta de soupirer et de mettre sur ses épaules sa longue cape noire, avant de prendre fermement sa canne. On ne sait jamais sur quoi on peut tomber.

Il y avait plusieurs itinéraires possibles pour rejoindre la Grande Place, mais passer à côté de la maison du pêcheur et de l'enclos aux moutons une nuit pareille n'était pas la meilleure idée qui soit. C'est donc en marchant lourdement et pesamment qu'il passa devant le moulin et l'école. On n'entendait que le vent qui sifflait et la pluie qui tombait. Une comptine de nourrice lui revint en tête, le genre de chansons avec des paroles emplies de fleurs et de collines vertes.

Ring 'round the rosy.
Pocket full of posies.
La vue de la potence lui fit ravaler sa salive et hésiter un instant avant de s'engager sur la place. On dit que la nuit, tout devient plus sinistre, comme si les objets étaient remplacés par des versions plus pernicieuses et terrifiantes d'eux. Il serra plus fort sa canne de sa main gauche, jusqu'à ce que ses jointures blanchissent, et se décida enfin à avancer vers la silhouette qui devait forcément être le messager, près de la mairie.

Ashes, Ashes.
...
Passer près de la potence la nuit du vendredi était toujours le même combat. Le docteur ne se souciait même plus de la pluie qui ruisselait de long de son visage et qui passait dans ses cernes plus marquées que jamais. Il se contenta de se concentrer sur l'église, qu'il longeait, sans regarder la sinistre installation en bois où tout avait commencé.

... We all fall down.
Finalement, il atteint enfin la mairie. La silhouette du messager se profilait avec plus de précision. Il ne lui avait jamais vraiment adressé la parole, en dehors de ces circonstances. De plus, il semblait avoir une constitution forte, puisqu'il ne l'avait que très rarement - voire jamais - vu dans son cabinet. Et pourtant... Il se souvenait de son regard depuis la première fois qu'il lui avait parlé. Des yeux verts inquiétants, mais surtout sans vie, et son teint pâle renforce cette impression que sa vie ne tient plus à grand chose, surtout une nuit sombre comme celle-ci.

« Bonsoir, Messager, se contenta-t-il de dire le plus sobrement possible. Le Conseil s'est décidé ? »



« When a doctor does go wrong he is the first of criminals. He has nerve and he has knowledge. »
Sir Arthur Conan Doyle.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



avatar
Villageois
Léo Dool

Inscription : 28/12/2012
Messages RP : 10
Emploi : Messager

MessageSujet: Re: Ashes, Ashes.   Lun 11 Mar - 13:17

L'inquiétant messager se tenait debout sous le porche de la mairie. Fixe et nerveux, il tentait à garder un certain calme. Comme pour tous les vendredis, son couteau dépassait allègrement de sa veste, pour qu'il soit plus aisé de s'en saisir. La chasse du vendredi soir... Que d'anecdotes... Que de souvenirs... Le seul moment de la semaine où son envie de vomir prends le pas sur le reste. Mais c'était ainsi. Depuis la première capture qu'il avait effectuée jusqu'à cette sordide soirée. Afin de faire passer ses idées noires et d'avoir encore ces cris insoutenables qui lui hurlent aux oreilles, ces cris infectes qui suppliaient la pitié ou qui déglutissaient des insultes. Certains le maudire, et le messager n'en avait cure, il était déjà comblé de ce côté-ci. Oui, afin d'empêcher cela, encore perdu dans ses pensées qu'il fut, il retira de sa poche un paquet de cigarettes et un briquet. Il se l'alluma doucement, et tira les premières bouffées.

Crachant la fumée nauséabonde dans les airs, il vit alors s'approcher un autre villageois. Ce dernier n'allait pas spontanément vers les gens, et le voir engager une conversation était aussi rare que les jours heureux, par-ici. Mais après avoir entendu ses salutations, il en comprit la raison. Pour être franc, le messager aurait du mal à chasser le médecin, par respect pour sa profession et qu'il était le seul apte à sauver les blessés. Même si le contact entre ces deux individus n'avait jamais eut véritablement lieu, le fumeur restait admiratif envers son interlocuteur, presque envieux. Lui au moins, n'était pas obligé de se salir les mains pour sauver des gens, au figuré, s'entend...

"Salut Doc. Non, toujours pas. Je suppose que l'une d'elles va descendre à un moment ou à un autre, me dire qui a été désigné et à partir là... Je ferais mon travail..."

Qualifier cela comme un travail était assez inhumain. L'exécutant du Conseil s'en rendit compte après coup. Enfin, qu'importe, il ne faisait pas cela pour le plaisir, mais bien parce qu'il en fallait un qui fasse cette besogne. Envoyer des personnes à l'abattoir pour accorder à ce village une semaine de répit en plus. Si on compte le nombre d'années depuis qu'il doit exécuter cette tâche et qu'on le multiplie par le total de semaines dans une année... Le messager devrait alors être considéré comme la pire ordure ici présente... Sa liste de victime s'étant toujours accrue, les voir comme du gibier et non des humains était sûrement la meilleure décision possible.

"Doc, je pensais à venir vous voir prochainement. Ça fait pas mal de temps que je cours partout, et je voulais faire un petit examen de santé. M'assurait que tout allait bien. On pourra faire ça dans le courant de la semaine prochaine ?"

Il tira une longue bouffée de cigarette, et recracha la fumée lentement, fixant le médecin du village.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



avatar
Villageois
Adam C. Walker

Inscription : 26/01/2013
Messages RP : 4
Emploi : Médecin.

MessageSujet: Re: Ashes, Ashes.   Lun 11 Mar - 17:29

Le docteur s'appuya un peu plus sur sa canne, et se redressa lentement, en écoutant le messager, silencieusement et avec respect. Adam se trouvait très chanceux d'être le médecin du village, et non pas le funeste bourreau qui transporte le message hebdomadaire des trois Parques du village - le Conseil. Sa profession l'avait habitué à la vue du sang et il n'avait jamais cillé devant une seule des exécutions, mais il ne pouvait s'empêcher d'être ébranlé, au fond de son être. Supplications vaines tues par un simple couteau ; malédictions injurieuses à qui l'on imposait le silence par le sommeil éternel. Ces mises à morts pourtant si différentes se ressemblaient toutes, rejoignaient toutes le même schéma macabre. Chaque semaine. On prend les mêmes et on recommence. Seul l'acteur qui jouait le sacrifice changeait, mais son rôle et ses actions étaient toujours similaires aux autres fois. Rien ne changeait, à part un nom.

Cette pensée lui fit froid dans le dos, et il préféra reporter son attention sur quelque chose d'autre. Ce fut finalement le fait que les deux hommes ne se désignaient que par leur profession. Ils se croisaient ou s'étaient vus depuis des années, mais il n'était même pas sur de connaître son nom. Ironique dans un contexte normal, mais malheureusement ce qui se passait au village depuis des années ne pouvait plus être qualifié de "contexte normal". L'horreur et l'angoisse qui se distillaient raréfiaient les rapprochements sociaux, ce qui était finalement assez déplorable. Le médecin avait toujours cru que la force venait de l'union, mais Collinstown ne donnait pas une réelle impression de société unie. Unie contre les étrangers, certes, mais la plupart des gens se contentaient de faire ce qu'on attendait d'eux seuls, rien de de plus. L'immortalité en sursis que l'on leur avait accordée ressemblait de plus en plus à une malédiction, même si c'était un des phénomènes les plus intéressants que le praticien n'ai jamais vu, et qui l'entraînant dans de longues nuits blanches simplement occupées par des réflexions.

« Toujours pas ? se contenta-t-il de répondre, songeur. »

Il n'aimait pas les concertations qui duraient trop longtemps. On avait parfois vu d'étonnantes surprises lors de discussions qui semblaient bien trop longues. Parfois, des villageois étaient désignés à la place des étrangers lors de ces débats qui duraient plus longtemps que prévu. Il y avait toujours une bonne raison, et un homme qui n'avait rien à se reprocher était toujours capable de dormir sur ces deux oreilles, mais Adam ne faisait pas partie de cette catégorie de personnes, à son plus grand regret. Mais il ne valait mieux pas trop penser à ça, et se concentrer sur quelque chose de plus simple. La conversation, par exemple.

« Cela me semble une très bonne idée, dans le courant de la semaine, donc. Ce serait embêtant si quelqu'un d'aussi précieux que vous venait à tomber malade. Il esquissa un sourire devant les bouffées de fumée qu'il recrachait lentement. Mais je pense que vous allez assez bien, si vous trouvez encore le temps et la santé pour vous empoisonner. »

Adam n'avait rien contre le tabac, mais il n'avait jamais réellement fumé régulièrement. Voir de nombreux patients tousser à s'en arracher les poumons dans son cabinet avait du le convaincre de ne pas s'y mettre trop sérieusement. Et sûrement aussi car la santé d'un médecin est une de ses meilleure publicités. Personne n'a envie de se faire soigner par quelqu'un qui semble mal en point et qui n'est pas capable de s'en occuper, si ?



« When a doctor does go wrong he is the first of criminals. He has nerve and he has knowledge. »
Sir Arthur Conan Doyle.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



avatar
Villageois
Léo Dool

Inscription : 28/12/2012
Messages RP : 10
Emploi : Messager

MessageSujet: Re: Ashes, Ashes.   Lun 11 Mar - 19:32

Le Conseil trouvera bien une personne idéale, tôt ou tard. Tant que la décision est rendue avant 23h, le temps au messager de remplir son autre fonction et que chacun puisse prendre son souffle. Il se méfiait toujours du gibier qu'il devait quérir. Certains étaient de petits malins et aimaient concevoir des pièges. Cependant, aucun n'a vraiment marcher. Manque de matériel, de temps et surtout de compétences et savoirs indispensables à la confection de chausse-trappes capable d'emprisonner un être humain pendant un assez de temps pour s'enfuir. Il a toujours ramener ses proies depuis sa première fois, et il ne fait aucun doute qu'il continuera jusqu'à perdre la vie ou la raison. Le pari tenait désormais plus de deviner ce qui allait lâcher en premier, son corps ou son esprit ? La demande de consulter le doc venait partiellement de là. Il voulait avoir la certitude que son corps pourrait encore tenir. Pour le reste, il avisera.

Sa cigarette se consuma tranquillement. La cendre se détachait avec l'aide du vent, pour s'éparpillait à travers le village. La cendre... Elle inspirait presque le messager qui aurait aimé prendre exemple sur elle, et s'enfuir, silencieusement et guidée par le jugement du vent. Un vent avec plus d'espoir et de liberté que ce village. Mais tout ce qu'il pouvait faire était de tirer des bouffées et permettre à la cendre de réaliser ce dont il était incapable. Le médecin fit d'ailleurs une petite remarque sur ça. La cigarette, empoisonner son corps ? Le messager baissa un peu la tête et la tournât, ne voulant pas montrer un maigre sourire de ses lèvres gercées. Peut-être que cela n'était dû qu'à son esprit ravagé par plus d'un siècle d'existence ou d'assassinats, mais le doc avait mit le doigt sur quelque chose. Le bourreau se ravisa un peu et répondit dans le même calme qu'avant.

"Vous savez doc, nous sommes déjà maudits, et je fume depuis un moment. Si la cigarette pouvait me tuer, je ne serais plus là. Non, le seul poison de nos existences est cette malédiction et l’affolement des corbeaux du vendredi soir... On devrait peut-être parlé un peu plus, autour d'un verre et d'une clope. Vous constaterez par vous-même que ce n'est pas si nocif, pour des êtres tels que nous."

Discutait autour d'un petit repas avec le médecin du village avait plusieurs significations, bien sûr. La première était de se forcer à manger, d'autres à échapper à la solitude de sa petite cabane. Mais aussi car il était toujours un peu rêveur de la fonction qu'il exerçait dans le village. Parler un peu entre eux serait peut-être bénéfique aux deux hommes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



avatar
Villageois
Adam C. Walker

Inscription : 26/01/2013
Messages RP : 4
Emploi : Médecin.

MessageSujet: Re: Ashes, Ashes.   Lun 11 Mar - 22:21

En compagnie du messager, le temps semblait s'écouler agréablement plus vite qu'un vendredi normal. Cela peut sembler assez simplet, mais le simple fait de parler un peu libérait une partie de l'angoisse et de l'appréhension qui s'accumulaiemt et s'amplifiaient lors de la funeste soirée du vendredi. C'était toujours mieux que de rester silencieux en ecoutant le tic tac incessant de l'horloge à moitié dans l'obscurité.

Cependant, la discussion perdit son atmosphère et son esprit insouciant lorsque l'homme à tout faire mentionna le fait qu'ils étaient tous maudits. Le médecin se dit que tout le monde dans ce village devait donc avoir la même vision de leur longévité hors normes : ce n'était qu'un leurre qui alourdissait peut peine. De l'avis d'Adam, ce n'était pas juste ; certains villageois avaient à peine vu l'Étranger et n'avaient rien fait contre lui : ils ne méritaient donc pas de subir son courroux posthume. Malheureusement pour lui, le docteur ne pouvait rien changer et se contentait d'observer tristement les événements en se concentrant avant tout sur sa survie.

Il se concentra pour ne rien laisser paraître de ces pensées sombres lorsqu'il répondit :

« C'est certes inutile de le dire, mais c'est aussi dans les attributions d'un médecin de répéter vainement ce qui est mauvais pour la santé... »

Il préféra ne pas trop penser à la formulation "tels que nous" et décida de se focaliser sur l'invitation du jeune homme, qui avait raison : parler un peu plus et dans des circonstances différentes de cette nuit pourrait s'avérer intéressant.

« C'est en effet une excellente idée. Partager nos points de vue dans des conditions plus clémentes me semble enrichissant, car même si je partage cette idée de malédiction, je suis encore assez optimiste pour ne pas le dire à haute voix et espérer échapper à cet enfer un jour... »

En regardant distraitement la place, son regard s'attarda sur l'église. À cette, il devait y avoir plusieurs villageois dedans, en train de prier. Le praticien pensa que même si il était optimiste, il avait souvent été tenté de s'en remettre à des forces supérieures, mais à quoi bon ? Personne ne s'était jamais échappé de ce cauchemar.



« When a doctor does go wrong he is the first of criminals. He has nerve and he has knowledge. »
Sir Arthur Conan Doyle.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



avatar
Villageois
Léo Dool

Inscription : 28/12/2012
Messages RP : 10
Emploi : Messager

MessageSujet: Re: Ashes, Ashes.   Sam 16 Mar - 13:10

Le doc était incroyablement bavard en ce vendredi. D'habitude, il ne faisait guère entendre sa voix. Peut-être que l'anxiété lui déliait la langue ? Mais ce n'était sûrement pas plus mal. Se détendre un peu avant de passer à l'action était une très bonne chose pour le messager. Il était du genre à vouloir prendre tous les malheurs des autres pour lui et supporter seul ces fardeaux, parler d'autre chose lui faisait grand bien... Même s'il relançait lui-même la conversation sur l'aspect sombre du village. Un moyen pour lui d'accepter un peu mieux ce qu'ils leur arrivaient à tous, certainement. Le doc surenchérit d'ailleurs, expliquant une petite manie de sa fonction. Le messager eut un très maigre sourire en l'entendant se justifier, rien de bien moqueur. Cela ressemblait plus à une discussion sans incidence entre deux connaissances. C'était assez agréable, léger même...

Tirant encore quelques bouffées de sa cigarette qui disparaissait peu à peu, tel le Chat du Cheshire, il recracha la fumée paisiblement, fixant le même point que le médecin. Était-il tenté par l'église ? Non, peut-être pas, dans ces moments de craintes extrêmes, seuls les purs croyants iraient là-bas. Le cours du temps à forcer l'exécutant à renier toutes formes de religion. Une force mystérieuse et absolue n'était jamais venue lui prêter main forte, aussi bien avant que pendant la malédiction. Inutile d'espérer être le bénéficiaire des services Divins, il était bien préférable d'être lucide sur les évènements et ne s'en remettre qu'à soi-même. Mais le doc lui avait répondu... Brisant le silence qu'il avait laisser s'installer, perdu une nouvelle fois dans ses pensées, il répliqua en le regardant.

"Je suis ravi d'entendre que vous acceptez mon invitation, doc. On s'organisera une date après mon travail effectué, ne m'en voulez pas. Je considère toujours que j'ai une chance d'y passer, chaque vendredi. Mais pas comme le reste du village."

L'exécutant imaginait mal comment il pourrait être désigné pour être le sacrifié, de part sa fidélité au village et à son Conseil. Il ne s'angoissait quasiment jamais pour cela, mais en revanche... en tant que traqueur, il pouvait très bien périr d'un accident, ou tomber sur le Devour, ou le Fischer. Même par sa proie. Qu'est-ce qui était le plus dangereux, attendre passivement le vendredi et être anxieux tous les jours, ou être le bourreau chaque vendredi ? L'un comme l'autre, il y avait ses avantages et inconvénients. Et au final, chacun voudrait être ailleurs plutôt qu'ici.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur




Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Ashes, Ashes.   

Revenir en haut Aller en bas
 

Ashes, Ashes.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 


Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» KASIA ERA ASHES ✱ pretender
» The Ashes Time :D Un Jour, une blague et c'est maintenant sur old oak ;)
» Guilde Ashes of Pheonix. [Refusés]
» [Nouveauté] Ashes -rise of the Phoenixborn-
» Ashes : Rise of the Phoenixborn

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Collinstown :: Centre de Collinstown :: La Grande Place-