Partagez | 
 

 Hisolda Collins, lueur d'espoir

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage



avatar
Le Conseil
Hisolda Collins

Inscription : 17/11/2012
Messages RP : 13
Emploi : Tisseuse et gardienne du cimetière

MessageSujet: Hisolda Collins, lueur d'espoir   Mar 27 Nov - 0:47







Bienvenue à Collinstown



NOM : Collins
PRENOM(S) : Hisolda
SURNOM(S) : Hiso, Hisie, elle accepte tous les surnoms.
AGE : 15 ans jusqu'à ce que mort s'en suive.
SEXE : Féminin
PROFESSION & ETRANGER/VILLAGEOIS : Benjamine du Conseil, gardienne du cimetière et tisseuse.
ORIENTATION : C'est pas comme si elle avait eu l'occasion de s'en préoccuper... Et on a bien vu ce que ça a apporté à Aghna. C'est d'ailleurs à cause de ça qu'ils en sont tous là.



Physique & mental



PARTICULARITES PHYSIQUES :
Petite blonde aux yeux verts d'environ 1m60, elle porte toujours les robes transmises dans la famille Collins et une fausse rose blanche dans ses cheveux, dérobée à une défunte étrangère. Elle a la peau très pâle, ce qui fait encore plus ressortir son hygiène pratiquement irréprochable, à l'instart d'Elizabeth.

PSYCHOLOGIE :
Hisolda est gentille, très gentille. Elle ne fait pas peur, elle est prévenante envers vous, elle vous avertit du danger, vous guide et vous conseille. De si bons conseils. Vous vous sentez en sécurité avec elle. C'est du moins ce que vous croyez.

Adorable petite fille, votre seule alliée, ange égaré dans le chaos. Attachez-vous donc à elle, suivez-la aveuglément, confiez-lui vos craintes. Vous pouvez être tranquilles, elle fera tout pour préserver votre vie. Jusqu'au prochain vendredi. Prêtez-lui toute votre confiance et courez de bon coeur vers le plus infâme des pièges. Dépourvue d'armes, c'est sa manière à elle de vous utiliser et de préserver sa vie pour quelques jours de plus.

Encore faudrait-il que vous la croisiez seulement, recroquevillée tout au fond de sa chambre ou de celles de ses amies. Terrorisée, et certainement même plus que vous, elle limite ses déplacements à l'église, située à quelques mètres à peine, voire même jusqu'à la bergerie lors d'une crise de courage, mais de plus en plus rarement et toujours accompagnée. Son pire cauchemar reste... Elle ne veut même pas y penser.

Elle voudrait l'oublier, lui qu'elle voit déjà la nuit dans ses traîtres rêves qui la poursuivaient depuis toutes ces années. Elle n'avait pourtant vu ce montre que quelques fois, mais elle le savait, elle le sentait, il était là, quelque part, il l'observait, silencieux, et se rapprochait, toujours, il se rapprochait, jusqu'à être dans son dos, jusqu'à ce qu'elle le sente l'effleurer, qu'elle crie et se retourne, mais il n'y avait rien. Et pourtant, derrière chaque porte, derrière chaque angle de mur, elle avait toujours l'angoisse lancinante de voir peut-être sa silhouette se dessiner. Sa paranoïa va même jusqu'à la pousser à se laver la peau très, très fréquemment, pour tenter de se débarasser du poids des cauchemars qui pèsent sur elle et l'accablent en permanence.

En quelque sorte, le contact avec les étrangers l'apaise. Elle est en situation de supériorité, elle en sait bien plus qu'eux, et joue de son apparence innocente pour les manipuler sans vergogne, les étudier, les envoyer sur des fausses pistes et bien plus encore. Lors des périodes d'affluence d'étrangers, sa victime préférée est la dernière sacrifiée, pour qu'elle puisse en profiter le plus longtemps possible.

C'est un moyen comme un autre de ne pas sombrer dans la folie, après tout.

EQUIPEMENT :
Elle n'a absolument rien d'autre qu'ongles et dents.



Biographie



Vous pouvez rédiger le traditionnel paragraphe de biographie, ou vous pouvez simplement répondre à ces quelques questions :

CONTEXTE FAMILIAL :
La famille Collins était plutôt modeste, vivant entièrement sur la vente de lait, de laine, et de divers ouvrages réalisés par les femmes au métier à tisser et à la couture. Si le salon présentait bien, toutes les autres pièces étaient plutôt austères, mais ils vivaient. La famille s'entendait globalement bien, et même après le début de la malédiction. Ils avaient tenté de s'organiser, de tous se protéger les uns les autres, mais les petites tensions et conflits d'intérêt s'étaient vite exacerbés. De là à vouloir sacrifier le cousin "par accident", il n'y avait eu qu'un pas facilement franchi. Hisolda coupa les ponts avec ses pairs suite au meurtre de sa pauvre mère.

CONTEXTE SOCIAL :
Elle n'a pas fait d'études sinon apprendre à lire et à écrire à la petite école du village lorsqu'elle n'était pas encore la force de travailler, puis sa grand-mère lui a appris a se servir du métier à tisser familial, avec la laine des moutons filée. Du tissu, c'est ce qu'elle aura fait pour tout le reste de sa courte vie d'insouciance. De temps en temps elle aidait son père à garder les moutons, mais autant dire qu'elle ne les a plus approchés depuis de bien longues années déjà.

Concernant sa vie sociale, elle était plutôt proche de toutes les jeunes filles du village, avec lesquelles elle passait beaucoup de temps, et particulièrement Roise, Elizabeth et Aghna, mais au contraire fuyait la présence de la gente masculine. Elle ne les appréciait pas vraiment et le dialogue passait mal, alors elle s'est mise à les ignorer et la vie a suivi son cours jusqu'à un certain jour.

COLLINSTOWN :
Collinstown, que dire de ce qu'est devenu ce village dans lequel elle a passé une enfance aussi douce et paisible, animée par les rires et les jeux des nombreux enfants courant au travers des ruelles. Maintenant ce n'étaient plus que des vagues souvenirs, après la trahison d'Aghna, toute l'insouciance était devenu chaos, malheur et mort. Tout avait été détruit, jusqu'à sa famille pourtant d'apparence si solide. Mais il lui restait encore quelque chose, à laquelle elle tenait plus que tout, dernier maigre bastion d'un passé révolu se débattant avec grand peine contre l'incroyable réalité : son amitié inébralable avec les deux autres membres du nouveau Conseil, les dernières qui ne l'avaient jamais trahie. Ensemble, elles avaient repris en main elles-mêmes cette situation désespérée.

Elle continue son travail quand on le lui demande, notamment pour habiller et faire des "lits" aux orphelins, mais pour ça il faut bien qu'on lui fournisse la matière première : la laine. C'est le rôle du nouveau berger : braver avec courage et bonne volonté le troupeau démoniaque. Gratuitement.



Joueur/euse



A-t-on affaire à une demoiselle ou un monsieur ? : Demoiselle desu.
Votre prénom ou pseudo si vous le voulez bien : Ambre, Runamei... Appelez moi comme Hisolda ça sera plus simple.
Votre âge : 18 ans.
Votre moyenne de connexion : C'est chez moi ici.
Comment avez-vous connu le forum ? Par hasard.
Avez vous beaucoup d'expérience en RP ? Oui si on compte en années, mais je n'ai été finalement active que quelques mois, sur seulement deux forums.
Un dernier mot ? Jean-Pierre.

Je reconnais avoir lu et accepté le règlement de Collinstown
et m'engage à en respecter les termes.


-



Signature : Hisolda

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://runamei.tumblr.com



avatar
Le Conseil
Roise O'Connell

Inscription : 17/11/2012
Messages RP : 10
Emploi : Fait partie du Conseil, garde un oeil sur le registre de l'auberge, fumeuse de fleurs avant tout

MessageSujet: Re: Hisolda Collins, lueur d'espoir   Mar 27 Nov - 0:57

Tu n'as pas mis le CODE !!! Tout le monde sait que tu n'as pas lu le règlement maintenant

Mais sinon, par les pouvoirs qui me sont conférés, je te valide, Ô coupine du Conseil de la mort.

Alors... Heureuse ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Hisolda Collins, lueur d'espoir

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 


Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Une lueur d'espoir pour les marquisarts
» Une maigre lueur d'espoir
» Hope - Une lueur d'espoir... Non pas vraiment
» Proverbes / Opinions / Déraison / Citations
» La chanson de l'espoir ou la victoire du gueux

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Collinstown :: Commencement... :: Présentations des personnages :: Fiches des villageois validées-